En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Fédération de recherche en infectiologie de la région Centre-Val de Loire

Infectiologie région Centre

Anti-infectieux : Supports moléculaires des résistances et innovations thérapeutiques

Responsable : Marie-Cécile Ploy

Axes de recherche 

La thématique de l’UMR 1092 porte sur l’étude du support moléculaire des résistances aux antimicrobiens, déclinée en 2 axes avec un modèle bactérien et un modèle viral :

  • axe résistance aux antibiotiques avec le modèle intégrons
  • axe résistance aux antiviraux avec le modèle du cytomégalovirus.

L’axe résistance aux antibiotiques a pour objectif de mieux comprendre, tant sur un plan mécanistique que sur un plan épidémiologique, l’acquisition de la résistance aux antibiotiques à travers le modèle intégron. Les intégrons constituent un système de capture et d’expression des gènes de résistance aux antibiotiques. Ces supports génétiques sont particulièrement répandus chez les bactéries à Gram négatif. Cet axe se divise en quatre parties principales :

  • Stress antibiotiques et réponse SOS : Etude de l’expression de l’intégrase et des réarrangements de cassettes des intégrons in vitro et in vivo, dans un modèle biofilm et dans un modèle de souris axéniques.
  • Stress antibiotique et évolution génomique
  • Epidémiologie des intégrons chez l’homme, chez l’animal et dans l’environnement
  • Place des intégrons en tant que marqueurs de la résistance acquise aux antibiotiques chez l’homme et dans l’environnement.

L’axe résistance aux antiviraux a pour objectifs de comprendre les mécanismes d’émergence de résistance chez les patients transplantés, d’étudier de nouvelles cibles potentielles pour des antiviraux et de valider l’efficacité de nouvelles molécules anti-CMV, ces deux dernières approches portant également sur l’infection congénitale à CMV. Cet axe se divise en quatre parties :

  •  Caractérisation de nouvelles mutations du CMV observées chez des patients transplantés.
  •  Etude du complexe d’encapsidation de l’ADN viral du CMV en vue du développement de nouveaux antiviraux ciblant ce complexe.
  •  Développement d’une plateforme destinée à tester de nouvelles molécules antivirales
  •  Développement d’un modèle d’explants placentaires du 1er trimestre, cultivés in vitro ou greffés sur des souris SCID pour étudier les cinétiques de réplications virale, l’impact sur l’environnement cellulaire et de nouveaux antiviraux