En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Fédération de recherche en infectiologie de la région Centre-Val de Loire

Infectiologie région Centre

Bactéries et risque materno-foetal, UMR1282 INRA

Responsable : Laurent Mereghetti

Enjeux socio-économiques

L’épidémiologie des infections liées à Streptococcus agalactiae a évolué de manière significative au cours des dernières décennies. Initialement impliqué dans des cas sporadiques d’infections humaines, S. agalactiae était principalement connu comme agent de mammites bovines. Au début des années 1970, S. agalactiae a émergé comme une cause majeure d’infections materno-fœtales, et reste malgré la mise en place de mesures de dépistage et de prophylaxie la première cause d’infections néonatales. Depuis une quinzaine d’années, S. agalactiae est également une étiologie importante des infections des sujets adultes immunodéficients, avec un polymorphisme clinique beaucoup important que chez le nouveau-né. Les infections survenant chez diverses espèces animales sont également émergentes.

Activités de recherche

Notre équipe cherche à comprendre l’évolution de l’épidémiologie des infections à S. agalactiae et les capacités d’adaptation de la bactérie. Pour y parvenir, notre activité de recherche s’articule autour de 4 thèmes principaux :

- La caractérisation des bactériophages, qui sont des virus ciblant spécifiquement les cellules bactériennes et qui peuvent conduire à la destruction des bactéries ou à l’intégration d’une partie des gènes viraux dans le génome bactérien, et du système CRIPRcas, qui est un système de défense développé par la bactérie vis à vis des bactériophages mais qui renseigne également sur l’évolution de la bactérie au cours du temps.

- La caractérisation des petits ARN régulateurs, qui sont des petits éléments pouvant jouer un rôle majeur dans l'adaptation de la croissance bactérienne aux changements d’environnement, dans la réponse au stress et dans la régulation de l’expression des gènes de virulence.

  • - L’étude du métabolisme des sucres, car la bactérie doit s’adapter aux conditions environnementales, que ce soit dans un contexte de colonisation ou d’infection, et réguler son métabolisme en fonction des sources de carbone qu’elle rencontre dans les différents environnements.
  • - L’étude de l’adhérence, car à différentes étapes du processus de colonisation ou d’infection la bactérie doit se fixer à des récepteurs et adhérer aux cellules de l’hôte avant de se multiplier.