En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Fédération de recherche en infectiologie de la région Centre-Val de Loire

Infectiologie région Centre

Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers (CRCINA) - Equipe 3I

Responsables de l'équipe : Pascale JEANNIN et Yves DELNESTE

http://www.crcina.org/recherche/departement-1-incit/equipe-07-innate-immunity-and-immunotherapy/

Thématique et axes de recherche

L’équipe Immunité Innée et Immunothérapie (3I) est spécialisée dans le domaine de l’immunité innée, et plus particulièrement dans la biologie des cellules myéloïdes et des récepteurs solubles de l’immunité innée.

1) La biologie des macrophages

Présents dans l’ensemble des tissus, les macrophages sont impliqués dans de nombreux processus physiologiques tels que la réponse antimicrobienne mais également le maintien de l’homéostasie tissulaire, la régulation du métabolisme et les processus de réparation.
Les macrophages peuvent donc acquérir de nombreux phénotypes en fonction de la nature des signaux qu’ils reçoivent de leur environnement. Cette capacité à adapter leur phénotype, et donc leurs fonctions, est appelée plasticité fonctionnelle.

Nous nous intéressons aux mécanismes de polarisation des macrophages humains en situations physiologiques et pathologiques.

2) La biologie des récepteurs solubles de l’immunité innée

Sentinelles du système immunitaire, les cellules myéloïdes analysent en permanence leur environnement grâce à des récepteurs appelés « Pattern recognition molecules » ou PRM. Ces récepteurs sont soit associés aux cellules, soit solubles.

Au cours des dernières années, nos travaux ont surtout porté sur les PRM solubles, en particulier la molécule PTX3. Plus récemment, nous nous sommes intéressés à la cytokine IL-26 qui présente des propriétés originales la rapprochant des peptides antimicrobiens ou des PRM solubles.

Nous nous intéressons au rôle de ces molécules en réponse aux signaux de danger endogènes (cellules mortes) et exogènes (microbes).