En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Fédération de recherche en infectiologie de la région Centre-Val de Loire

Infectiologie région Centre

Immunité et Infections Mammaires (2IM)

Responsable : Pascal Rainard

(Source : IFR 136)

Amélioration par l’immunomodulation et la vaccination des défenses de la mamelle des ruminants laitiers contre les infections bactériennes

Enjeux socio-économiques

Les infections de la mamelle des ruminants constituent une des plus importantes maladies en élevage laitier, à l’origine de surcoûts et de pertes de productions qui sont évaluées à environ 300 millions d’euros par an pour l’ensemble de la filière lait en France. Les mammites sont aussi le premier poste d’utilisation d’antibiotiques en élevage laitier.
L’équipe « Immunité et infections mammaires étudie les interactions hôte-pathogènes dans la mamelle des bovins et des petits ruminants. Son objectif est d’approfondir les connaissances sur l’immunité mammaire et d’utiliser ces nouvelles connaissances pour améliorer le contrôle des infections mammaires des ruminants laitiers par immunomodulation ou par vaccination.

Activités de recherche

Les recherches de l’équipe sont axées sur la caractérisation de la réponse immunitaire de la mamelle à l’infection et à la vaccination, et sur l’étude de la modulation des réponses de l’hôte par les principaux pathogènes responsables de mammites (Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Streptococcus uberis). Les recherches portent en particulier sur les interactions entre les principales cellules effectrices de la protection que sont les cellules épithéliales mammaires, les polynucléaires neutrophiles et les lymphocytes T. Un autre volet des recherches sur l’immunité est l’orientation de la réponse immunitaire à médiation cellulaire par l’utilisation d’adjuvants appropriés. L’étude de l’adaptation des pathogènes à la mamelle constitue l’autre versant des activités de recherche de l’équipe. 

Du côté de l’hôte sont pris en considération :

  • la reconnaissance des pathogènes par la mamelle ;
  • l’initiation de la réaction inflammatoire ;
  • la mobilisation des défenses phagocytaires ;
  • la modulation des défenses immunitaires par le pathogène ;
  • la modulation de la réponse immunitaire locale par la vaccination.

 

Du côté du pathogène, les études portent en particulier sur :

  • les toxines qui sont dirigées contre les cellules du système immunitaire ;
  • les antigènes susceptibles d’induire une réponse immunitaire utile.