En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Fédération de recherche en infectiologie de la région Centre-Val de Loire

Infectiologie région Centre

Infections Mycobactériennes Animales (IMA)

Responsable : Franck Biet

L’équipe IMA se consacre à l'étude des mycobactéries pathogènes pour les animaux (MPA) qui ont un impact en santé animale et humaine au niveau mondial.

Mycobacterium tuberculosis (Mtb) et M. bovis (Mb) sont responsables de la tuberculose (TB), une maladie pulmonaire majeure. Les bovins infectés par Mb peuvent transmettre la TB à l'homme. La TB bovine est une maladie à déclaration obligatoire dont l’impact socio-économique est élevé.

M. avium ssp. paratuberculosis (Map) est l’agent étiologique de la paratuberculose ou maladie de Johne, une inflammation chronique du tractus gastro-intestinal qui affecte principalement les ruminants. Map, à l’origine de pertes économiques élevées en élevage bovin est soupçonné d'être associé à la maladie de Crohn chez l’homme, il peut représenter une menace pour la sécurité des aliments.

La virulence des mycobactéries résulte d'un équilibre complexe entre les facteurs bactériens et la réponse immunitaire de l'hôte. La signature majeure de l'infection par les MPA est la formation de granulomes, structures cellulaires nécessaires pour contenir les MPA mais impliquées dans la destruction des tissus. Les macrophages sont les cellules hôte privilégiées des mycobactéries. Cependant, les cellules épithéliales (CE) au site d'entrée des MPA et les granulocytes recrutés très tôt en réponse à l’infection, jouent probablement un rôle important dans la pathogénie des MPA. De nombreux facteurs bactériens spécifiques des MPA, incluant les adhésines et des lipides complexes capables de manipuler le système immunitaire de l'hôte, se combinent pour établir la virulence des MPA. La virulence varie aussi selon la diversité génétique des souches circulantes de MPA.

Nous manquons aujourd’hui de diagnostics satisfaisants pour la TB et pour la paratuberculose. La vaccination contre Map existe mais fonctionne mal. Le vaccin Bacille Calmette Guérin (BCG) utilisé chez l’homme pour le protéger contre la TB est peu efficace. Il est inutilisable chez le bovin car il interfère avec le diagnostic. Une meilleure compréhension de ces deux maladies d’intérêt majeur en santé publique et vétérinaire et des agents pathogènes qui les causent, est nécessaire pour proposer de nouveaux outils de lutte 

Axes de recherche : 

Dans ce cadre, nos activités de recherche sont déclinées en deux volets :

Axe 1  Microbiologie : Analyse de la diversité génétique de souches MPA circulantes chez les animaux de rente. Caractérisation moléculaire des facteurs de virulence (adhésines et lipides de paroi) et analyse de leur potentiel en diagnostic.

Axe 2  Réponse de l’hôte : Analyse de la réponse immunitaire innée et du contrôle du granulome. Etude du recrutement et du rôle des Neutrophiles et granulocytes.  Analyse de la conséquence de la polarisation Th1/Th17 sur le développement du granulome.