En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Fédération de recherche en infectiologie de la région Centre-Val de Loire

Infectiologie région Centre

Pathogénie de la colibacillose aviaire (PCA)

Responsable : Catherine Schouler

Enjeux socio-économiques

La colibacillose aviaire est la pathologie bactérienne la plus fréquente en filière avicole. Elle affecte tous les  systèmes de production et engendre donc de lourdes pertes économiques. En effet, elle cause de la mortalité, une diminution des performances et un déclassement des carcasses.

Une grande diversité caractérise les souches d’Escherichia coli qui causent la maladie. Nommées APEC pour avian pathogenic E. coli, elles sont phylogénétiquement proches de souches d’E. coli isolées de pathologies extra intestinales chez l’homme. Ces APEC provoquent chez les oiseaux des lésions à la surface des organes profonds, comme les sacs aériens, le cœur, le foie, l’oviducte… Dans la forme la plus sévère, elles entraînent une septicémie mortelle. Toutefois la physiopathologie de cette infection reste méconnue.

Activités de recherche

Notre équipe cherche à comprendre la pathogénèse de la colibacillose aviaire, à mieux la diagnostiquer et la contrôler via des thérapies alternatives ou associées à l’antibiothérapie. Pour cela, les évènements précoces d’entrée et de dissémination sont étudiés du point de vue de la bactérie et de l’hôte par des approches complémentaires :

  • Epidémiologie moléculaire des souches d’Escherichia coli aviaires
  • Caractérisation des facteurs bactériens impliqués dans la colonisation de l’hôte ;  
  • Caractérisation des acteurs cellulaires qui régulent les évènements précoces de la réponse innée et de  l’inflammation, avec les conséquences sur la pathogénie de l’infection ;
  • Identification des mécanismes d’échappement d’Escherichia coli à la réponse immune innée
  • Etude de la réponse immune mucosale mise en place lors d’infections virales et bactériennes de l’appareil respiratoire des oiseaux, afin de corréler le statut de résistance ou susceptibilité des animaux à la colibacillose à l’expression de certains marqueurs de la réponse
  • Caractérisation fonctionnelle des peptides anti-microbiens de la réponse immunitaire innée, avec un focus sur les défensines  aviaires et leur lien avec la réponse adaptative
  • Caractérisation phénotypique et moléculaire de coliphages actifs envers les Escherichia coli pathogènes aviaires