En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Fédération de recherche en infectiologie de la région Centre-Val de Loire

Infectiologie région Centre

Institut de Recherche sur la Biologie de l'Insecte (IRBI) - Eq. IMIP - UMR 7261 CNRS/Univ. de Tours

Responsable de l'unité : David GIRON / Responsable de l'équipe : Elisabeth HERNIOU

http://irbi.univ-tours.fr/

Thématique et axes de recherche 

Les thématiques de l’équipe Interactions Microorganismes Insectes Plantes (IMIP) sont fortement ancrées sur la compréhension du fonctionnement et de l’évolution des interactions multi-trophiques dans lesquelles s’engagent les insectes, que ce soit avec des virus ou des bactéries, des plantes ou d’autres insectes.

L’équipe IMIP mène des analyses comparatives sur différents modèles d'insectes impliqués dans des réseaux trophiques dans lesquels les microorganismes jouent un rôle central.

Forte de ses compétences en biologie évolutive et moléculaire, génomique, virologie, physiologie et bioinformatique, l’équipe IMIP intègre différents niveaux de complexité dans ses approches et étudie les interactions aussi bien au niveau des médiateurs moléculaires que des génomes, des populations et des espèces. L’équipe est fortement impliquée dans le développement des approches de génomique environnementale.

Les thématiques de recherche principales sont :

1)  La physiologie moléculaire de la manipulation des hôtes par des insectes parasites,

2)  L’évolution des virus et des génomes d’hyménoptères

3)  La biodiversité et l’écologie évolutive des insectes et des microorganismes associés.

L’équipe vise ainsi, à caractériser l’origine, la nature et la fonction d’effecteurs moléculaires produits par des insectes endoparasites se développant à l’intérieur d’une plante ou d’un insecte hôte. Elle cherche aussi à évaluer les risques liés aux transferts de gènes dans les écosystèmes permettant de poser les bases des réflexions liées à l’utilisation possible in natura d’organismes génétiquement modifiés. Le développement de nouveaux vecteurs potentiellement utilisables dans le domaine médical pourrait également avoir un impact en biotechnologie.